Actualités

« Ton père, il est pas vitrier! »

Qui n’a jamais entendu cette petite phrase. Celle qui permet de faire comprendre amicalement qu’une personne n’est pas à la bonne place, qu’elle gêne la vue d’une autre ? 

Personne sans doute ! Mais qu’est-ce qu’un vitrier ? Que fait-il ? Quelle matière travaille-t-il ?

C’est ce que nous allons aborder dans l’article. 

Petite rétrospective du métier de vitrier :  

Alors que l’origine du verre fabriqué est très ancienne (Ve millénaire en Mésopotamie, IIIe millénaire en Égypte), le métier de vitrier est, quant à lui, assez « récent ». En effet, l’usage du verre à vitre est peu répandu dans l’architecture civile jusqu’au XVe siècle. Avant cette période, les gens se protégeaient contre le vent et les intempéries par des moyens rudimentaires : volets de bois, toiles cirées, ballots de paille, peaux ou encore papiers huilés. Le verre était utilisé essentiellement dans les églises et les cathédrales pour la confection des vitraux. À cette époque, le maître verrier était d’ailleurs souvent confondu avec le vitrier. Le métier de vitrier commence à se répandre aux XVIème et XVIIème siècles avec l’apparition des fenêtres aux habitations.  

Aujourd’hui l’activité de vitrerie est souvent associée à celle de la miroiterie alors qu’elles étaient avant, bien distinctes. Le vitrier s’occupait principalement des verres à vitres (verres simples) et le miroitier mettait en œuvre des verres travaillés (miroirs, verres armés, feuilletés, etc.).

Le vitrier/miroitier est un professionnel polyvalent intervenant dans divers domaines. Spécialiste du verre, il découpe, façonne et installe tout type de produit verrier : crédence de cuisine, miroir, pare-douche, verrière d’atelier (intérieure et extérieure), cloison, marquise, garde-corps (intérieur et extérieur), dalle de sol, mobilier et décoration, verre de cheminée ou d’insert, etc.

Véritable artisan, il crée des pièces sur-mesure, à la demande de ses clients.

Il intervient également dans le remplacement ou la pose de vitrages : simple, double ou triple. Il répond aux urgences, dépanne et propose (bien souvent) une découpe « minute » de verre.

Mais le verre, c’est quoi ?

Un mélange de différentes matières premières ! Il s’agit principalement de sable, de soude et de chaux. Pour obtenir les meilleurs vitrages qu’il soit, il faut soigneusement peser ces ingrédients avant de les mélanger. Cet assemblage passe ensuite dans un four spécial pouvant générer des températures allant jusqu’à 2300° degrés Celsius. En raison de cette température élevée, les matières premières fondent, pour former un ensemble liquide (obtenu à 1500° degrés Celsius).

Ce verre liquide peut alors être transformé en toutes sortes de formes. Les moules et les instruments pour souffler le verre sont utilisés pour créer des objets décoratifs. Pour fabriquer du verre plat destiné aux fenêtres ou cloisons par exemple, le verre liquide est transformé en grandes feuilles au cours d’un processus appelé Float. Ce dernier consiste à déverser en continue depuis le four le verre sur un bain d’étain lui-même en fusion. Le verre, moins dense, « flotte » sur l’étain, et forme une surface parfaitement plane sur ses deux faces. Ce procédé est le standard mondial de la fabrication du verre plat, permettant la production du verre clair, du verre extra clair, du verre teinté dans la masse ou du verre à couches en grandes dimensions. Il confère au verre des qualités optiques exceptionnelles avec des épaisseurs allant de 2 mm à 19 mm pour des applications commerciales.

  • Pour enrichir vos connaissances sur le procédé, retrouvez toutes les étapes sur le site de Riou Glass.

 

Enfin, une fois les plaques de verre obtenues, elles devront subir un traitement supplémentaire spécifique afin de les transformer en vitrage isolant, miroirs, verre intérieur, verre de sécurité, etc. La liste des verres est longue. Il existe du verre : « float » (le plus courant) mais aussi trempé, feuilleté, teinté, imprimé, dépoli, sablé, gravé, sérigraphié, laqué, armé, vitrocéramique, etc. Chaque verre a des propriétés spécifiques qui répondent à des besoins particuliers, et le vitrier doit être compétent dans la sélection et la manipulation de ces différents types en fonction des exigences de chaque projet.

L’évolution continue d’un métier ancien :

Le métier de vitrier, ancré dans l’histoire, a su évoluer au fil du temps pour pas disparaitre. Des simples vitrages de la période moderne aux vitrages thermiques et isolants de nos jours, il s’est adapté au marché et a su profiter des avancées technologiques : grand nombre d’ateliers est aujourd’hui équipé de tables de coupe numérique !

La Miroiterie des Monts d’Or, elle, existe depuis 1998 (ex-Miroiterie Charignon). Elle exerce aussi bien pour le compte de clients professionnels que particuliers. Sa zone de chalandise s’étend sur un rayon d’environ 20 kms aux alentours de son atelier : communes des Monts d’Or, du Val de Saône, Lyon Nord et sa périphérie. Pour en savoir plus, consultez la page Atelier de notre Site Internet.

Derniers articles

Moustiquaires

Face à la prolifération des moustiques tigres dans nos communes